La Lutte au Forum: Maurice " Mad Dog " Vachon
Le promoteur du Nord-Ouest américain Don Owen a donné le surnom parfait à un lutteur qui n'arrêtait pas tant que son adversaire n'avait pas abandonné...

Né quelques jours avant le "krach" financier de 1929, le jeune Maurice Vachon a grandi dans le quartier Ville-Émard de Montréal. Son père, un policier, a dit à ses amis que son fils allait devenir important plus tard. Il était tout un farceur à l'époque et il allait, à pied, voir les galas de lutte tant dans les petites salles qu'au Forum quand il le pouvait, voir son idole Yvon Robert ainsi que Bobby Managoff et les frères Dusek. À l'âge de 14 ans, il décide qu'il veut devenir lutteur. Il prend des cours au YMCA, dans des matelas de fortune, sous la gérance de Chief Jim Cowley. Il a appris que la victoire ne vient pas de la force, mais de l'intelligence. Malgré sa petite taille (5 pieds 4 pouces), il faisait preuve de ruse pour battre ses adversaires. Il fût choisi dans l'équipe Olympique Canadienne de lutte pour représenter le pays aux Jeux Olympiques de Londres en 1948. Le champion Turc qui l'a battu (par les points) a dit qu'il était un des adversaires les plus difficiles qu'il a vaincu. Vachon s'est classé septième, un exploit ! Deux ans plus tard, il représente le pays aux Jeux de l'Empire Britannique (Commonwealth) à Auckland en Nouvelle-Zélande avec plus de chance: il remporte la médaille d'or (fait dont il parle toujours avec fierté de nos jours...)  
Plus tard, Vachon est portier dans les cabarets de Montréal au début des années 50. Un ami, qui a entendu beaucoup d'histoires qu'il s'est battu lors de ces soirées avec des clients éméchés, le suggère de faire de la lutte professionnelle. Vachon s'est présenté à la porte d'Eddy Quinn et lui fait un essai avec un combat en 1954. Cependant, Eddy Quinn trouve Vachon trop expérimenté et a peur qu'il détrône son favori, le champion Yvon Robert. D'ailleurs, Vachon avait un style très orthodoxe pour lutter...

C'est à l'extérieur de Montréal qu'il a connu ses premiers succès. Au Saguenay, il achetait du temps local pour donner des bravades aux adversaires qu'il allait affronter. Succès immédiat, mais risqué, car souvent Vachon était menacé par la foule. D'ailleurs, ses discours ont été repris plus tard par Eddy Creatchman et d'autres qui ont pris le micro. Il fait venir son frère Paul et pour eux, le Saguenay était "le territoire des Vachon"...

Puis il y a eu Trois-Rivières avec la rivalité contre Tarzan Babin, et les États-Unis: Crusher Risowski à Chicago, le Destroyer à Los Angeles, et autres lutteurs. Lors qu'il a commencé sa carrière, Vachon luttait chevelu, mais à un moment donné, lorsqu'il lutta aux États-Unis, il rasa sa tête et il passait pour un Algérien. (avec son accent...). Don Owen, le promoteur, lui a donné le surnom de Mad Dog un soir quand il a lutté comme un fou à Portland. Il a donné ce commentaire, disant qu'il a agi comme un chien enragé. Le nom resta dans la Légende...

Les As de la Lutte embauchèrent Vachon et immédiatement, ils ont eu des rivalités avec les frères Rougeau, Gino Brito et Tony Pugliese (Parisi). Ils n'ont pas beaucoup lutté longtemps avec les Rougeau. Ils sont retournés à la AWA pour un bout.
En 1964, Vachon était couronné champion de la AWA sous Verne Gagné. Puis il a emmené son personnage de Mad Dog tout partout dans le monde, tant avec son frère Paul (the Butcher). Il a encouragé sa soeur Diane (Vivianne) à faire le saut dans la lutte féminine.

Au début des années 70, les Vachon créent une fédération rivale voisin des As de la Lutte: LUTTE GRAND PRIX. Leur but était d'amener les meilleurs lutteurs au monde. Leurs coups les plus fumants ? Avoir embauché quelques lutteurs des As, mécontents du booking des Rougeau, le fait d'avoir eu le contrat d'un gala occasionnel au Forum grâce à Jean Béliveau, un contrat de télévision, puis mettre sous contrat le Géant Jean Ferré, Don Léo Jonathan, Killer Kowalski, Édouard Carpentier, et les Frères Leduc ! D'ailleurs, c'est LUTTE GRAND PRIX qui a présenté le combat du Siècle entre Don Léo Jonathan et le Géant Ferré au Forum en 1972 ! Mad Dog et son frère Butcher était les stars de cette fédération légendaire, qui malheureusement a fermé ses portes en 1975, bien qu'ils ont disputé deux galas contre leur fédération rivale au Forum, contre les As de la Lutte...
Il a continué de lutter pour la AWA au Minnesota et pour d'autres fédérations dans le monde. Il était de retour dans la promotion Varoussac au début des années 80. Surtout un heel dans ses belles années, c'est en héros qu'il est accueilli, combattant contre un autre Mad Dog, Pierre Lebfèvre ainsi que Michel Justice Dubois. Puis il est parti lutter dans le Mid-West américain, près de son domicile en Iowa. Il n'est revenu qu'occassionellement au Québec. La WWF l'a embauché pour un bout entre 1985 et 1986 pour l'émission française de la fédération. Cependant, en 1986, victime d'un accident, il perd sa jambe gauche suite à un accident dans laquelle il est frappé par un camion lors de son jogging matinal. En 1988, on lui rend hommage au Forum lors d'un gala de la WWF. Sans compter ses commerciaux pour la brasserie Labatt (qui se rappelle que la Labatt Légère ne goûte pas l'eau, ou qu'on n'avait pas besoin de tordre le bras ?). Il voulait essayer la restauration en vendant des hamburgers, mais sans succès. Il a fait aussi de la télévision à Télévision Quatre Saisons pour un court laps de temps...

Mad Dog Vachon a écrit un livre à l'époque, "Une vie de chien dans un monde de fous" qui relate ses expériences de lutte. De nos jours, Vachon vit une retraite paisible des rings de lutte à Iowa City, non sans assister quelques fois à des réunions d'anciens lutteurs...  
Source : Une vie de chien dans un monde de fous, Maurice Vachon
(texte traduit de
Québec Wrestling Legends)
Copyright 2004, DeUxKonE, Montréal, Qc
(texte original anglais écrit en 1999 par Productions Leduc 2000)
Prochain Chapitre: De retour au Forum en 1968 --  Retour à la page d'accueil